Tableau comparatif entre Joseph et l’histoire de Kahone.

Tableau comparatif entre Joseph et l’histoire de Kahone.

Par Mbagnick Diouf

Serere SeneGambia

Serere SeneGambia

Tableau comparatif entre Joseph en Egypte et la ville de Kahone au Sénégal.

kahonepmor

Cette proposition de recherche se décompose sur trois chapitres :

  • Les origines égyptiennes de la ville de Kahone
  • L’histoire biblique de Joseph en Égypte
  • Tableau comparatif entre l’histoire biblique de Joseph en Egypte et l’histoire de la ville de Kahone au Sénégal.

Image de gauche: Les vendanges durant la XVIIIe dynastie. Ces noirs en Égypte n’étaient pas des esclaves mais des propriétaires terriens et des vignorons. A l’avant, avec les cheveux en dreadlocks blanchis par l’âge, le père (avec de la bouteille…) tâte les grappes et enseigne à son fils en arrière droit, à quel moment cueillir une grappe. Les anciens égyptiens appréciaient le bon vin des cépages du Nil. La bière était aussi brassée avec savoir en Égypte. Cueilli quelques semaines avant la première inondation, ce cépage donnait le ‘Nil nouveau’, ce vin légèrement rosé qui était bu durant la nuit du Tekh : la nuit du réveillon  (La nuit de Ra) qui annonçait le nouvel an, il y a très, très longtemps.

Ceci explique pourquoi, les africains non convertis aux religions étrangères, apprécient encore le vin et la bière.
Lors de l’occupation de l’Egypte par des forces étrangères, (romaines et grecques) ces dernières apprendront le savoir de la vigne et la fabrication de la bière.

Ci-dessous, le second chapitre: L’histoire biblique de Joseph en Égypte . Première publication : 10-05/2007 sur Sigui Tolo Network.

Tableau comparatif entre l’histoire biblique de Joseph en Egypte et l’histoire de la ville de Kahone au Sénégal.

Localisation géographique de la ville de Kahone ou Kaone ou Kawone : Fatick dans la Région de Kaolack,  Afrique de l’Ouest. Localisation, et Coordonnées géographiques : 14° 9′ 0″ Nord, 16° 2′ 0″ ouest

Les Maîtres des rêves:

Kahone était la Résidence du Bour Saloum (Roi du Saloum)

Le Roi du Saloum de cette époque est informé qu’un Peulh a des visions, des rêves dans la résidence principale du Roi Sérère :

Un Roi Sérère recevait une excellente éducation lui permettant d’avoir accès au savoir d’interprétation des rêves. Dans l’ancienne mentalité des Sérères du Sine, les activités nocturnes avaient autant d’importance que les activités diurnes. Même si le Roi ignorait l’interprétation de ce rêve, le Sine de cette époque avait transporté depuis l’Égypte, des « prêtres devins actifs » dans le Royaume, et ses devins de haut niveau connaissaient ce rêve, et/ou son interprétation. La cour Royale manquait-elle à ce point de Maîtres des Rêves ?

Tableau Comparatif entre le berger Peulh de Kahone et Joseph
A gauche l’histoire du berger Joseph en Egypte           |              A droite l’histoire du berger Peulh de Kahone
Pourquoi le Roi d’Egypte devait-il faire appel à la divination d’un berger étranger? Pourquoi le Roi du Saloum devait-il faire appel à la divination d’un berger Peulh ?
Un berger étranger au Royaume Egyptien ne parlant ni la langue, et n’ayant pas respecté les protocoles d’accès (Instruction dans les temples), parvient à approcher la garde Royale, jusqu’à approcher le Roi et être nommé Vice-roi, et ceci au mépris de toutes les « chartes » sociales, culturelles respectées par tout un Royaume, haut-prêtres y compris. Un berger – Peulh – étranger au Royaume du Sérère (Saloum), ne parlant ni la langue (Il est trahit par le cri, le mot employé lors de sa révélation), et n’ayant pas respecté les protocoles d’accès (Les Maîtres des Rêves), parvient à approcher le Roi du Saloum dans sa Résidence Principale jusqu’à dicter au Roi ses conditions de Technicien de Haut Niveau, et ceci au mépris de toutes les « chartes » sociales, culturelles respectées par tout un Royaume, haut-prêtres y compris.
Si ce berger étranger, ne fut pas un vrai berger mais un égyptien ami du Roi ou un membre de sa famille, il apparaît indécent, inadéquat qu’un « Ami » ou un familier, avant de rendre service:
(a) Taxe matériellement le Royaume à ses fins personnelles
(b) tente d’assurer à sa descendance et son ethnie une place de Very Important Guest.  A l’étranger, affamée, la famille de Joseph sera accueillie en Égypte et mise à l’abri du besoin matériel !
Si ce berger Peulh, ne fut pas un berger mais un ami du Roi, il apparaît indécent, inadéquat qu’un « Ami » avant de rendre service:
(a) Taxe matériellement le Royaume à ses fins personnelles ce qui est présenté comme récompense
(b) Assure à sa famille, à sa descendance Peulh et son ethnie une place de Very Important Guest ! Jusqu’à aujourd’hui, le peulh est respecté dans la ville de Kahone.
Dans l’Égypte ancienne, la préparation des terrains destinés à la culture était une chose considérée avec le plus grand sérieux. L’Égypte étant un don du Nil (un pays sans pluie) la préparation de la saison des cultures était une question Royale pour ne pas dire Nationale.
Pour estimer la qualité du niveau de l’inondation, les spécialistes et techniciens Égyptiens ont développé des nilomètres, étudié les origines et la source du fleuve nourricier, le  Nil. Cette prévision technique devait prévenir les maladies et les famines de toutes sortes. Il en fut ainsi dans toute la tradition égyptienne. Sept bonnes crues du Nil, étaient en général suivies par sept mauvaises crues du Nil. Ce phénomène était connu du paysan jusqu’au Pharaon ! Ce n’est pas par hasard que l’ancienne Égypte déclara Hapy, déesse du Nil.
 

Rien de Neuf sous le soleil.

Dans le Sine Sérère, à Kahone pour la proposition de recherche qui nous concerne, le mois de mai était le mois de rencontre pour la préparation de la saison d’hivernage, pour estimer la quantité d’eau, prévenir les maladies et famine de toutes sortes. Les haut-prêtres, Techniciens de la divination, les spécialistes des rêves étaient présents pendant cette rencontre du mois de mai. Il en fut ainsi dans toute la tradition africaine, partout où le domaine agraire était une donnée essentielle, en tenant compte du cycle naturel, la pluie et la crue des cours d’eau. Rien de Neuf sous le soleil. A travers toute l’histoire des Sérères, des mythes fondateurs sont liés à des cours d’eau (ou anciens cours d’eau, des « génies tutélaires de l’eau » nous rappelant que l’Afrique sans eau, c’est la disparition de la culture, de la vie. Le sahel, jadis verdoyant en est un rappel.
Civilisation agraire, le groupe Sérer dépendait étroitement de l’eau. De nombreuses activités étaient organisées avant et pendant la saison des pluies. A travers tout le Royaume du Sine, l’histoire nous apprend que des solutions étaient déployées et activées en cas de retard des pluies. Le rituel le plus impressionnant (en cas de retard de la pluie) est celui du sacrifice du taureau noir…
Un berger qui interprète des rêves du Roi nègre, entouré de devins connus pour la précision de leurs analyses ! Un berger qui interprète les rêves du Roi du Sine Saloum entouré de devins connus pour la précision de leurs analyses !
Un troupeau de vaches conduites par un taureau noir : déjà vu Un troupeau de vaches conduites par un taureau noir : déjà vu
Une plante qui sort de la terre, pousse pour devenir une gerbe de blés (Rêve des épis de joseph) Une plante qui sort de la terre, pousse tel un arbre qui grandit et qui sera la place de réunion et des décisions Royales les plus importantes.
Dans l’histoire de l’Egypte, la recherche historique moderne prouve que cette légende était déjà millénaire. Dans l’histoire du berger Peulh de Kahone, la recherche historique moderne prouve que cette légende était déjà millénaire.

Mise à jour : 01-01-2010 :

Conclusion :

La bible a été écrite bien longtemps après « l’exode » ou la sortie d’Égypte par différents groupes de personnes qui ne se connaissaient pas, qui n’ont pas vécu en Égypte mais racontaient une légende transportée de génération en génération. Le Joseph de l’ancien testament (La Bible de Jérusalem) n’est jamais venu comme immigré en Égypte, et ceux qui ont raconté cette histoire biblique n’ont fait que relater ce qui était connu en Afrique Noire.

Un berger qui approche Pharaon pour lui raconter, décoder le rêve du personnage le plus puissant de son époque. Un personnage (pharaon) dont la culture détestait les bergers. Les égyptiens abhorraient la laine des moutons (souillée et impure) comme les bergers. Les égyptiens préféraient le Lin, matière considérée à leur époque plus noble que la laine. Jusqu’à aujourd’hui, aucune découverte archéologique n’atteste d’une peinture, sculpture ou référence à ce Joseph berger étranger qui au début ne parlait pas la langue égyptienne et devint (sans jeu de mot) un devin, vice-roi et personnage le plus important d’une joseph-01-pm-300x196civilisation bureaucratique qui notait presque tout comme s’il fallait léguer un héritage historique (un témoignage) à la postérité. Un personnage aussi important aurait laissé une trace, infime soit-elle sur des papyrus ou sculptures sur des temples ou obélisques : Rien !

Les seuls témoignages historiques qui concernent l’existence d’un Joseph ante-biblique, sont ceux légués par les artistes peintres de l’Égypte ancienne pour nous rappeler que ce fut une histoire connue, et que ce Joseph, fut d’abord, un NOIR ! De nombreux textes de l’Égypte ancienne, sont comparables aux textes de la Genèse.

Certains chercheurs n’hésitent plus à comparer le Joseph à Amenhotep (Fils de Hapou)

Que l’Égypte fut l’institutrice historique du reste du monde, passe encore, mais que l’Afrique noire depuis ses premières dynasties Sérères puisse léguer à l’humanité contemporaine des connaissances religieuses…

Ndiokodial,

Tableau comparatif entre l’histoire biblique de Joseph en Égypte et l’histoire de la ville de Kahone au Sénégal.

Par Mbagnick Diouf

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked