Tourisme

Le tourisme constitue un secteur dynamique et très porteur pour l’économie régionale. Son développement est facilité par l’existence d’énormes potentialités dont les conditions climatiques favorables de la zone côtière, la présence de nombreux cours d’eau et plages de sable clair et fin, la présence de divers sites de reproduction des oiseaux migrateurs, la richesse de patrimoine historique et socioculturel, etc. Par ailleurs la région bénéficie d’une reconnaissance internationale avec notamment l’inscription du Delta du Saloum au patrimoine mondial de l’humanité et son admission aux Plus Belles Baies du Monde en 2005.

Du fait de l’importance de ses potentialités, la région de Fatick est aujourd’hui classé 4ème région touristique du Sénégal avec 79 établissements (en 2011) composés d’hôtels, de campements, d’auberges, de bars, restaurants, de gîtes… Différents types de tourismes y sont pratiqués :

  • Le tourisme balnéaire

C’est une forme de tourisme qui met en évidence le soleil, le climat et les plages. Elles est peu développée et se trouve localisée à Palmarin, à Ndangane, à Dionewar, Foundiougne et à Toubacouta. Cette forme de tourisme pourrait être développée davantage car la région dispose de 65 km de côte marine et beaucoup de fleuves (Sine et Saloum).

  • La pêche sportive

C’est l’une des activités principales établissements tourisques installés dans les zones de Ndangane, de Djiffère, de Foundiougne, de Sokone et de Toubacouta. Dans la région de Fatick, la pêche et ses activités annexes bénéficient d’atouts naturels et s’opèrent essentiellement dans la ce qu’il est covenu d’appeler la « Réserve de biosphère du Delta du Saloum » (RBSD). Elle couvre trois domaines éco géographiques :

– le domaine continental quin est limité dans sa partie basse par la mangrove et les tannes ;

– le domaine amphibie qui est composé de trois grands groupes d’ïles : les îles du Gandoul, les îles Bétenty et les îles Fathala. Ces îles sont séparées par 3 principaux bras de mer et elles sont caractérisés par un réseau dense de chenaux bordés de bmangroves appelé « Bolong ».

– le domaine maritime qui représente 65 km de côte.

La pêche sportive est essentiellement organisée à partir des hôtels comme en témoignent les performances de l’Equipe Nationale de la Pêche Sportive (titres mondiaux en 2002 à Madrid et 2003 au Sénégal), sont révélatrices des atouts du Sénégal pour ce produit.

  • La chasse sportive

Cette activité est très développée dans la région qui compte six zones amodiées localisées dans le Département de Foundiougne. Il s’agit des Palétuviers, du Relais du Saloum, du Caïman, du Barracudas, du Goliath et du NiombatoII. Rappelons que la région possède une faune riche et variée (avifaune et grande faune) et la pratique de la chasse y est réglementée.

  • Le tourisme culturel

Les manifestations culturelles et religieuses dans la région sont nombreuses, variées et doivent être exploitées afin de permettre à ce produit d’être plus attractif. Pour ces manifestations, on peut citer :

– les séances de libation et d’offrande sur les berges du Sine ;

– les séances annuelles de prédications (khoy) ;

– Les Gamous annuels de Sokone, de Silmang, de Diakhao (témoignage de Bour Sine à Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké), de Boof (Gamou dédié à Maba Diakhou Ba) et de Diohine ;

– Le Dakka de Niakhar de Sabar ;

– Le cimetière des reines à Diakhao ;

– La cour royale du Sine ;

– Le Festival de Foundiougne

  • Le tourisme de découverte

La région de Fatick possède un arrière-pays qui recèle un important patrimoine historique (la royauté du Sine) et éco tourisme (les îles du Saloum). C’est ainsi qu’elle bénéficie d’un regain d’intérêt auprès des Tours Opérateurs dont la clientèle s’oriente de plus en plus vers les produits en rapport avec la nature et l’environnement.

Avec l’appui de la région de Poitou-Charentes (France), le conseil régional de Fatick a consenti des efforts considérables dans la promotion de l’écotourisme à travers son Programme pour le Développement de l ‘Ecotourisme (PRODER).

L’écotourisme est définie comme étant « des voyages qui aident à comprendre et à interpréter l’histoire culturelle et naturelle tout en préservant l’intégrité des écosystèmes. Il engendre des retombées économiques pour les collectivités locales qui encouragent la protection des ressources naturelles et les pratiques de développement durable du Tourisme ».

Mamadou Diouf

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked