La circoncision

logo-02-pm (2)

Serere SeneGambia

serere-sine-name  Parmi les peuples  d’Afrique noire qui ont encore conservé la circoncision (pour des raisons de propreté médicale), au Sénégal presque tous les groupes ethniques convertis pratiquent encore ce rituel qui remonte à une époque datable par les documents historiographiques qui remontent à une haute antiquité nègre. La pratique de la circoncision est directement liée à une culture, une religion, à la connaissance de la médecine aussi.

La restauration de la conscience historique du monde noir, sans influence étrangère.

Contrairement à une idée répandue, même dans le milieu négro-africain, (Au Sénégal) la circoncision ne consiste pas seulement à l’enlèvement (coupure) du prépuce du garçon, et ne relève point de l’apport d’un groupe étranger.  Suite à cet acte médical, le jeune garçon (dans le groupe Jola ou Sérère par exemple) est encadré par des aînés (Selbés en Wolof) sur une période d’un mois ou deux, voire trois ou plus dans d’autres régions, isolé du groupe des femmes et profite de ce temps pour faire comme moment d’initiation, c'est-à-dire d’apprentissage. Cette période permet au jeune garçon d’entrer dans le groupe des hommes avec toute l’éducation requise, avec tout le respect dû aux femmes. A sa sortie de son isolement rituel, ce qu’il fera de ce savoir relève de sa responsabilité individuelle et non de groupe.

Nous avons au Sénégal, une ethnie Jola qui depuis l’antiquité a conservé les rituels de cette cérémonie liée à un culte ancestral. Pour avoir assister il y a de cela une vingtaine d’années à la préparation des jeunes Jolas pour le départ vers le bois sacré, je reste imprégné par ce rituel. 

Au Sénégal, dans le groupe Jola par exemple ; la famille se prépare sur un à deux ans pour cette cérémonie à laquelle participent des adolescents ou d’adultes de 20 à 30 ans ou plus en fonction de la dernière initiation. Le groupe est concerné.

Il en était de même dans le groupe sérère avant sa dissolution culturelle dans « la modernité »Kwame-Nkrumah-pm

Ceci est un vœu pieux mais j’espère que le groupe Jola conservera sa culture, son identité de groupe. La Casamance peut et doit s’en sortir comme région dans le Sénégal.

Image à gauche: Kwame Nkrumah, un timbre de l'époque de l'Union Soviétique à son effigie. L’Afrique aux africains, ceci était le leitmotiv de l’époque de Marcus Garvey (le 1er Président élu à NY) d’autres africains ont annoncé à leur époque après mai 1968 un autre paradigme : A quels africains ? Aucun président du Sénégal n’a osé éditer un timbre à son effigie, ou celle d’autres panafricains. Nkrumah avait analysé la situation actuelle (2016), je me limite au niveau culturel avec tous les dégâts collatéraux. Désolé pour la divagation, je retourne au sujet :

Nkrumah n’est pas un prophète, mais son analyse est renversante. Il s'agit d'une analyse visionnaire et sur le plan politique comme culturelle. Hotep à ces héros.

Ne vous attendez-pas à ce que je rentre dans les détails, certaines données relèvent de la confidence, certaines données sont transmises et peuvent rester entre celui qui transmet l’information et celui qui la reçoit.

Pour les touristes, mêmes indigènes, les hôpitaux dans les pays technologiquement développés pratiquent aujourd’hui la circoncision sur des bébés ou des adultes.

nduly-senegal

Des Circonscis au Sénégal, durant l'époque coloniale. Remarquez leurs bonnets! Il est ici question d’Égypte, ces jeunes n’avaient pas accès à l’internet qui n’existait pas à leur époque, ces jeunes n’étaient pas scolarisés… Leurs parents, génération après génération ont conservé cette coiffe issue de l’Égypte ancienne.

La restauration de la conscience historique du monde noir, sans influence étrangère.

Nous vous parlerons sur les segments suivants, de l’environnement de la circoncision, les fêtes organisées avant, depuis le premier jour qu’à la sortie de la période de circoncision.  Nos prochaines publications feront référence aux Ndjouly, Kassack & des Lups en région Sérère et Jola dans le cadre de la restauration de la conscience historique du monde noir.

Attention en 2010, seules des croyances obscures, remises à jour osent affirmer que la circoncision protège mieux contre la contamination du Sida ! Protéger et se protéger reste la meilleure solution. Cette alerte, n’est pas le but de cette publication qui reste une première approche des origines historiques de la Circoncision (avec les témoignages archéologiques) en Afrique noire.

Pour comprendre ce dont il est question, veuillez lire la suite avec attention, car la majorité du groupe Sénégalais pense que la circoncision remonte à l’époque des patriarches (sans pouvoir expliquer qui étaient les patriarches) Les Sénégalais ont-ils des ancêtres « patriarches » qui remontent au minimum à 3500 ans avant le début du temps présent ? Si oui qui sont ces patriarches. Dans le cas contraire faites-le savoir avec des preuves archéologiques.

Des noirs en Afrique ou dans la diaspora savent qui sont les patriarches.

Sigmund FreudA travers cette publication internet, il s’agit de poser les fondements historiques des différentes recherches, des connaissances qui concernent la circoncision masculine en Afrique noire.

Image a gauche: Sigmund Freud: L'homme Moîse et la religion monothéiste.

A partir d’un point de vue historiographique, nous partons de l’approche de Sigmund Freud, de Meyer E. (1905) à Sellin E. (1922), Messod et Roger Sabbah (2000) et bien d’autres, pour parler d’une pratique unique dans l’histoire ancienne de l’humanité : La circoncision.

Votre participation est bienvenue,  les pages suivantes sont basées sur l’approche de Sigmund Freud: L’homme Moïse et la religion monothéiste : Trois essais / NRF : Editions Gallimard / Page 84.

Il semble que l’écriture de cet ouvrage débutât à Vienne (Autriche) vers 1934, terminé pendant sa période d’exil en 1938 à Londres (Seconde guerre indo-européenne mondialisée). Cet ouvrage est publié en 1939 sous le titre « Der Mann Moses und die monotheistische Religion »

Dès l’introduction, Sigmund Freud annonce que s’il en avait les moyens économiques, il  financerait une étude, une recherche en Égypte. Le ton est donné, il avait compris que c’est vers la vallée du Nil que la recherche peut s’orienter.

 « Un épisode remarquable de l’histoire religieuse Égyptienne, qui n’a été connu et apprécié à sa juste valeur que tardivement, nous ouvre encore une perspective. Il se peut que la religion que Moïse a donnée à son peuple juif fût quand même la sienne propre, une religion égyptienne à défaut d’être la religion égyptienne…»

Egypt_circ-02

 

Image à gauche: La pratique de la circoncision dans le monde noir. Ces images ne sont pas issues des ouvrages dont il est ici question.

Page 90 : « Nous aimerions à présent risquer cette conclusion : Si Moïse fut un Égyptien, s’il transmit sa propre religion aux juifs, ce fut celle d’Akhenaton, la religion d’Aton…»

Page 92-93 : « Moïse n’a pas seulement donné une religion nouvelle aux Juifs ; on peut affirmer avec autant de certitude qu’il a introduit chez eux la pratique de la circoncision. Ce fait revêt une importance capitale pour notre problème et on ne lui a guère accordé l’attention qu’il mérite. Le récit biblique le contredit à vrai dire sur plus d’un point ; d’une part, il ramène la circoncision au temps des patriarches, comme signe d’alliance entre Dieu et Abraham »

« Il reste qu’en ce qui concerne la question de l’origine de la circoncision chez les Juifs, il n’y a qu’une réponse : elle vint d’Égypte. Hérodote, le « père de l’histoire », nous apprend que la pratique de la circoncision était depuis longtemps établie en Égypte, et ses affirmations ont été confirmées par ce que révèlent les momies, et même par les peintures murales des tombeaux… »

Page 94 : « Si Moïse ne donna pas seulement aux Juifs une nouvelle religion mais aussi l’ordre de se circoncire, il ne fut pas un juif mais un égyptien ; et alors la religion mosaïque était probablement une religion égyptienne – plus précisément, du fait de son contraste avec la religion populaire, la religion d’Aton, avec laquelle la religion juive postérieure concorde aussi sur quelques points notables. »circ-02a

Sur ce point je ne suis pas en accord avec Sigmund Freud, l’avènement de la circoncision est antérieure à la religion d’Aton. Le roi Akhenaton n’a rien inventé, il a juste puisé dans le substrat d'une antériorité historique… les égyptologues modernes l’ont déifié.

Image à droite: La pratique de la circoncision dans le monde noir. Ces images ne sont pas issues des ouvrages dont il est ici question.

Page 96-97 : « Le motif que nous avons discerné à l’origine de cet exode inspire aussi l’introduction de la circoncision. Á ceux qui ne la connaissent pas elle apparait comme très étrange et quelque peu effrayante ;  les autres, au contraire, ceux qui ont adopté la circoncision, en sont fiers. Ils se sentent élevés, ennoblis par elle, et ils regardent de haut, avec mépris, les autres individus, qu’ils tiennent pour impurs… »

Page 97 : « Il est probable que Moïse, lui-même circoncis en tant qu’égyptien, partageait cette attitude. Pour lui, les Juifs avec lesquels il quittait sa patrie devaient remplacer en mieux les égyptiens qu’ils abandonnaient dans leur pays. En aucun cas ceux-là n’avaient le droit d’être inférieurs à ceux-ci. Il voulut faire d’eux un « peuple saint »  comme il est encore dit expressément dans le texte biblique, et en signe d’une telle sanctification il introduisit chez eux la pratique qui les mettait au moins à égalité avec les égyptiens. Il ne pouvait qu’approuver aussi qu’ils fussent isolés par un tel signe et que celui-ci les retînt de se mêler aux peuples étrangers au sein desquels l’exode les conduisait, tout comme les égyptiens eux-mêmes s’étaient séparés de tous les peuples. »

Une autre publication traitera de l’exode, c'est-à-dire de la sortie d’un groupe d’un territoire donné vers un autre territoire, en un moment précis.

Sigmund FreudPage 97 : «  Hérodote qui visita l’Égypte vers 450 avant notre ère donne dans les récits de son voyage une description du peuple égyptien, qui présente une analogie frappante avec certaines particularités  connues de ce que sera le judaïsme : « D’une  façon générale et dans tous les domaines,  ils sont plus pieux que les autres hommes, dont ils se distinguent aussi  par nombre de leurs coutumes. Ainsi, par la circoncision  qu’ils ont l’introduite les premiers, pour des raisons de propreté… »  Le poète juif  H. Heine, XIX e siècle après J.C, de se plaindre de sa religion comme « d’un fléau ramené de la vallée du Nil, la croyance malsaine de l’ancienne Égypte… »

Page 103 : « Il est vrai qu’Ed. Meyer affirme ne jamais avoir douté de l’histoire du séjour en Égypte et du désastre des Égyptiens contenaient un quelconque noyau historique… »  Il n’est disposé à faire découler d’Égypte que la pratique de la circoncision. Il enrichit notre précédente argumentation de deux éléments importants. Il relève d’abord que Josué oblige le peuple à se soumettre à la pratique de la circoncision « pour détourner de lui le mépris des Égyptiens », ensuite, en citant Hérodote, que les Phéniciens (sans doute les Juifs) et les Syriens admettent eux-mêmes, en Palestine, avoir appris la circoncision des Égyptiens… »

D’après mon analyse, la sortie d’Égypte ou ce qui sera nommée par les modernes n’est qu’un phénomène historique (qui reste à étudier en profondeur par la recherche, ( quel gouvernement d’Afrique noire ?) qui s’est produit ultérieurement dans d’autres religions à différentes époques sur différents territoires géographiques : Le Christianisme et l’Islam ont connu un chiisme qui a produit une séparation par exemple dans le Christianisme : Les groupes Catholiques et Protestants sont issus du Christianisme.

books00smCe phénomène n’est pas intrinsèque, inhérent à la religion. Nous le trouvons aussi au niveau de l’orientation politique. Il s'’git du même processus qui a conduit à la fragmentation, à une époque donnée dans le communisme qui a produit différentes orientations : Marxiste-Léniniste, Maoïste, Trotskiste, jusqu’aux Anarchistes. Il s’agit d’analyse, de divergence idéologique non acceptée à l’intérieur du groupe dominant qui conduit à une fragmentation naturelle, une nouvelle tendance. Le tronc de l’arbre reste le même tronc qui désigne un arbre qui produit différentes branches, qui produisent de suite (programmation naturelle) différentes branches qui ne sont pas en compétition car issues du même tronc. Ce système naturel comprend et est géré par l’unité sans laquelle la branche n’existe pas sans le tronc, sans l’arbre.  Si l’arbre disparaît sans semer d’autres graines ou branches, alors cet arbre disparaît sans suite génétique (biologique) même ses racines ne sont pas en mesure à travers la terre pour donner naissance à d’autres arbres.

Dans le monde occidental, les guerres de religion, pas les guerres des religions, sont à la base du déplacement de populations (des millions) à travers l’Europe jusqu’en Amérique pour permettre l’émergence de nouvelles branches dans la même religion. Et pourtant c’est le même peuple au départ.

Khoufou-pyr-300x196Vouloir faire de la séparation religieuse du roi Akhenaton un phénomène d’origine ou d’influence exogène, un phénomène nouveau, original en Égypte qui conduirait un groupe d’immigrés (étranger) à sortir, fuir le monde noir de l’époque; me semble un non-sens historique, ou un révisionnisme de la part de ceux qui connaissent l’histoire du groupe noir. La population (la tourbe nombreuse) sortie d’Égypte; (avec comme dirigeants des personnalités comme Moïse élevé, éduqué, instruit dans les temples dont il sortit puissant en actes et en paroles) en est sortie avec les enseignements relatifs à la science (dans son ensemble à une période déterminée) la religion, l’art et les pratiques religieuses issues des temples, dont la pratique de la circoncision. Lors de la sortie d’Égypte, Moïse n’est pas sorti sans sa garde rapprochée, Moïse n’est pas sorti d’Égypte avec une population analphabète (la tourbe nombreuse) mais accompagnée d’érudits, de prêtres. Nous reviendrons sur ce personnage qui a son niveau a changé l’histoire du monde religieux et politique d’aujourd’hui, malgré les non-dits historiques. Un personnage aussi important n’a pas de tombe, n’a laissé aucune trace connue dans l’histoire de l’Égypte bureaucratique !

Pour l’Afrique contemporaine, il s’agit ici d’une révolution épistémologique qui devrait contribuer à la restauration de la conscience historique du monde noir, sans influence étrangère.

D’autres données doivent être analysées, d’autres critiques apportées pour contribuer à une compréhension meilleure de cette pratique nommée la circoncision masculine.

Des données en mesure de nous rapprocher au lieu de nous diviser et éloigner pour le bénéfice compris de certains.

Bonne lecture.

Mbagnick Diouf

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked