La pêche

La région de Fatick compte parmi les principales zones de pêche maritime du Sénégal. Elle dispose d’une large zone deltaïque présentant un front environ 65 km et où de nombreux villages de pêcheurs sont disséminés dans les îles intérieures. La façade maritime est marquée par un plateau continental peu profond, regorgeant d’importants stocks de poissons crustacés et mollusques.

L’existence de nombreux cours d’eau et des écosystèmes de mangrove se traduit par une forte productivité des eaux et une importante biodiversité. C’est également une zone de frayère, de croissance et de refuge pour beaucoup d’espèce marines et estuariennes.

La région de Fatick est peuplée par une importante communauté de sérères Niominkas dynamiques, rompus aux métiers de la mer. La pêche y constitue une composante essentielle du développement économique et social. De palmarin à Djinack, les activités de pêche sont pratiquées tout au long de l’année dans plus de 60 villages et génèrent près de 25000 emplois permanents ou saisonniers. Des revenus importants sont tirés de ces activités et les femmes occupent une place importante dans l’exploitation, la valorisation et la commercialisation des produits de la mer.

La pêche constitue donc le poumon de l’économie locale au niveau de ces zones côtières et insulaires ou les produits halieutiques sont également la première source de protéine animale.

C’est donc un pan important de l’économie au niveau local en termes d’emploi, de revenus, de contribution à la couverture des besoins en protéines d’origine animale des populations et donc de réduction de la pauvreté surtout au niveau des femmes.

Le parc piroguier actif, pratiquant la pêche au niveau de la région est estimé à environ 1400 unités sur un total régional recensé et immatriculé de 2128 unités.

On note également une importante activité de cueillette et de ramassage de mollusques surtout pour les femmes des zone insulaires. Le nombre de pêcheurs est estimé 8500 compte non tenu de ces femmes qui s’adonnent à la cueillette.

A côté de ces unités de pêche artisanale, la région compte également un nombre important de pirogues de transport de personnes et de biens. Ces pirogues font des liaisons entre les différentes localité de la région mais assurent la desserte avec la Gambie.

Mamadou Diouf

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked