Santé

La région de Fatick dispose de sept (7) centres de santé fonctionnels (dont trois érigés en centres de référence et dotés de bloc opératoire), quatre vingts (83) postes de santé publique (dont 4 non fonctionnels, 70 maternités, 233 cases de santé (dont 40 non fonctionnelles) et 4 Infirmiers (Toubacouta, MAC et compagnies des Sapeurs-pompiers). L’hôpital régional est en chantier depuis 1999 a pour démarrer, ouvert quelques services.

A côté du publique, il existe des infrastructures privées :

– 1 Centre de santé mental Dalal Xel à Fatick

– 9 dispensaires privés catholiques

– 11 officines privées

– 10 cabinets de soins

– 1 clinique privée à Sokone

– 1 centre de médecine traditionnelle de Malango

– 1 institut de recherche (IRD de Niakhar

Malgré les efforts conjugués de l’Etat, des collectivités locales et les partenaires au développement, le niveau de couverture en infrastructures de santé est encore bas et loin des normes de l’OMS. Pour atteindre une couverture adéquate, il faut doubler au moins le nombre existant des infrastructures sanitaires. A côté des infrastructures publiques, il existe des infrastructures privées dont la plupart sont implantées dans les communes et quelques chef-lieux d’arrondissements.

Le personnel de santé est composé pour l’essentiel d’agents de l’Etat et d’agents contractuels engagés par les comités de santé et les collectivités locales.

1TSS radiologie à Gossas, TSS radiologie à Sokone, 1 TSS réanimation à Foundiougne, 1 TSSOdontologie à Gossas, 1 TSS ophtalmologie à Diofior, 1 TSS en maintenance à l’hôpital régional (HR), 1 TSS en biologie à l’hôpital régional, une maîtresse d’économie familiale à la Région Médicale, 5 TSGS, 1 ingénieur du génie sanitaire.

Les données disponibles révèlent que le personnel de santé de la région était composé en 2012 de :

  • 16 médecins (dont un gynécologue à Gossas, un pédiatre à l’hôpital régional et 2 spécialisés en SOU (soins d’obstétricaux d’urgence)

  • 5 chirurgiens-dentistes

  • 117 infirmiers dont 54 infirmiers d’Etat et 63 aides ou assistants infirmiers

  • 39 sages-femmes

  • 185 aides soignants

  • 224 matrones

Certaines spécialités (chirurgie et ORL) ne sont pas représentées dans la région.

Contraintes

Beaucoup de contraintes continuent de freiner l’accès des populations de la région aux services de santé, il s’agit principalement de :

  • L’insuffisance et vétusté des infrastructures de santé (hôpital, centres de santé, cases de santé)

  • L’insuffisance du personnel technique (Médecins généralistes, gynécologue, cardiologue, chirurgien, , compétent-SONU, sages-femmes, etc.) et d’appui à la santé (agent d’hygiène, personnel social))

  • La faiblesse de la prévalence contraceptive

Faible évolution du nombre de PVVIH placé sous antirétroviraux

  • Les difficultés de Référence des malades insulaires (coût des frais d’évacuation)

La faiblesse du p plateau technique des postes et centres de santé (accueil, hospitalisation)

  • L’insuffisance des dépôts et pharmacies, et rupture fréquente de médicaments au niveau des structures de santé

  • Le retard des renouvellements des comités de santé et mauvaise gestion des comités de santé

  • L’insuffisance et non fonctionnalité de certaines morgues

  • L’absence de moyens pour lutter contre les infection nosocomiales

  • L’absence d’incinérateurs

  • Le non achèvement de l’hôpital régional

  • L’absence d’école de formation en santé

  • L’insuffisance des Centres de Promotion et de Réinsertion Sociale (CPRS)

Mamadou Diouf

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked