Foundiougne 1: La culture au cœur des négociations

paix-en-casamance

Un mois après l'accord de paix signé le 30 décembre 2004 à Ziguinchor entre le gouvernement du Sénégal et le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC), des négociations réunissent les deux parties à Foundiougne, ville historique fondée le 31 décembre 1887.
Le vendredi 28 janvier 2005, sont arrivées les premières délégations à Foundiougne située en pays sérère notamment au bord du bras de mer le Saloum.
Ces délégations venues des onze régions du Sénégal ont témoigné leur attachement à l'unité nationale en général et à la paix en Casamance en particulier. Les Sérères ont eu l'honneur de recevoir leurs cousins Diolas à Foundiougne pour sceller définitivement la paix en Casamance dévastée par plus de vingt ans de guerre.
La région de Fatick qui abritait ces négociations n'a pas dérogé à la tradition pour jouer pleinement sa partition. Elle s'est illustrée à travers la délégation du Conseil Régional conduite par le Président Abdoulaye Sène. Il était accompagné de Monsieur Mbagnick Ndiaye, Président de I'ONG Ndef Leng, de Monsieur Babacar Diouf, Directeur de la radio Ndef Leng, des membres de son protocole et des artistes Simon Sène et Marie Nqoné Ndione.
Dès son arrivée à Foundiougne, le Président Sène et la délégation qui l’accompagnait ont rendu une visite de courtoisie à Monsieur le Préfet à qui ils ont remis Ia contribution du Conseil Régional pour l'accueil de nos cousins Diolas. C'était aussi, autour de la délégation conduite par Monsieur  Bertrand Diamacoune Senghor composée de Mariama Sané,  gardienne du bois sacré et de Monsieur Mamadou Lang Djiba, commandant d'une aile combattante du Mfdc, de
recevoir la visite du Président du Conseil Régional. Les retrouvailles entre les deux délégations ont donné lieu à de véritables quolibets de cousinage à plaisanterie entre Sérères et Diolas.
Dans la nuit, Sérères et Diolas ont eu droit à une veillée culturelle. L'animation culturelle des troupes sérères et diolas s'est prolongée le 29 janvier 2005. Bertrand Diamacoune qui assistait à cette veillée culturelle, excité par un poème accompagné d'une chanson sur la paix en Casamance entra en transes et se mit à sauter et à courir en faisant le tour du cercle formé par l'assistance. On pouvait retenir à travers ses cris : « Cette chanson, ces mots de la demoiselle, je les ai entendus en rêve et je revois ces arbres et cette antenne de télécommunications comme prévu. Il reste un autre endroit où nous irons plus tard et où on a enterré des choses ».
L'un des moments saillants de ce rendez-vous aura été le «  xoy » qui a réuni les  « saltigués » (sorciers sérères qui prédisent l'avenir) Cette fois ci,  le « xoy » était axé sur la paix en Casamance et a eu lieu dans le « Log », un endroit où se réunissent les saltigués sérères des villages environnants depuis des générations jusqu'à nos jours. La cérémonie s'est déroulée dans la nuit sous le regard de Bertrand Diamacoune Senghor en présence du Président du Conseil régional de Fatick, du préfet de Foundiougne, Léopold Wade et du porte-parole du Mfdc, Ansoumana  Badji. Les saltigués ont défilé un à un pour dire leur mot sur la paix en Casamance.
Mais ce qui est plus émouvant dans ce « xoy », c'est lorsque Coly Niang entra et dit " Dans la nuit d’hier vers 3h30 du matin, j'étais venu ici et j'y ai trouvé ce Monsieur » indexant Bertrand Diamacoune Senghor tout en poursuivant « Un boa nous est apparu et nous a confirmé que la paix est irréversible… Puis, un autre serpent nous a encerclé et a dit : vous voulez la paix, vous I'avez à partir de ce jour …"». Il n’avait même pas terminé que Bertrand se leva esquissa quelques pas de danse, gesticula, cria et se mit à pleurer en prononçant ces mots : « Ce jeune a raison, il m'a trouvé ici et même pour témoin, il y avait un homme qui s'était caché dans les buissons ». Bertrand chercha cet homme, I’amena dans le cercle et dit : « les Sérères ont enfoui quelque chose ici que j'ai vu mystiquement ».
Pour consolider les liens de parenté entre Sérères et Diolas, des liens qui remontent du temps d'Auguène ou Adiéne  (Diola) et de Ndiambogne (Sérère), deux sœurs que l'histoire a séparé, Bertrand demanda à ses cousins de lui donner un prénom sérère. Pendant que les gens proposaient, Djiby Bondié Ndiaye, journaliste à Ndef Leng Fm dit à haute voix : « Diégane » et l'assistance accepta sa proposition. Désormais, depuis cette cérémonie inédite, Bertrand répond au nom de « Bertrand Diégane Diamacoune Senghor ». Après le baptême, Bertrand Diamacoune, accompagné du Préfet de Foundiougne, du Président du Conseil régional, d'Ansoumana Badji et de Mbagnick Ndiaye, s'est retiré dans un endroit où il a déterré un canari rempli de feuilles et de racines. C'était la chose qu'il avait vue avant de fouler le sol de Foundiougne et lors de la cérémonie du « xoy ». Il y planta le « Monument de la paix en Casamance ».
Le 31 janvier 2005, aux environs de midi, on assista à l'arrivée de I'abbé Diamacoune Senghor, figure historique et emblématique, par ailleurs Président du Mfdc. A sa descente du véhicule, le prélat a été accueilli par, Monsieur Abdoulaye Sène, Président du Conseil régional de Fatick et Monsieur Abou Thiam, Maire de la Commune de  Foundiougne. Après les mots de bienvenue du Président du Conseil régional de Fatick, l'abbé a pris la parole pour remercier ses cousins sérères qui lui ont fait l'honneur en acceptant de parrainer les négociations sur la paix en Casamance. L'arrivée du chef du Mfdc n'avait pas permis l’ouverture officielle des travaux. Il a fallut attendre le 1er février 2005 pour assister à l'ouverture officielle des négociations par le Premier  Ministre Macky Sall, un autre cousin sérère, par ailleurs fils du terroir. Ce dernier a été accueilli dans une atmosphère indescriptible. Les artistes rivalisaient de talent et d’ardeur, chacun à sa façon prenait goût au rythme des tam-tams accompagnant chants et danses des troupes sérères et diolas.
La cérémonie officielle a démarré avec la lecture de la liste des orateurs. Ils se sont succédés à la tribune pour prononcer leur discours qui tournait autour de la paix en Casamance et de sa reconstruction. On pouvait citer :
–    Le Maire de Foundiougne : Abou Thiam ;
–    le Président des cadres casamançais : Monsieur Pierre Goudiaby Atepa;
–    Le porte-parole du Mfdc : Ansoumana Badji. Celui-ci  a parlé au nom de l'abbé Diamacoune Senghor et du Mfdc.
 Ainsi, c'était autour du Premier Ministre, Macky Sall de prononcer son allocution dans laquelle, il a invité tous les acteurs qui gravitent autour de la paix en Casamance de poursuivre sans répit leur action citoyenne.
Après l'ouverture officielle des travaux, des pourparlers avec le Mfdc, ont eu lieu au complexe hôtelier : Les Piroguiers,  sous la présence de Monsieur  Ousmane Ngom,  Ministre de  l’Intérieur. Vers 17h30, les travaux, prirent fin avec la lecture de deux communiqués finaux lus respectivement par Monsieur  Ansoumana Badji, porte-parole du Mfdc et Maître Ousmane Ngom, Ministre de l'Int rieur. La fin de ce rendez-vous historique est marquée par la remise d'une petite pirogue à la délégation du Mfdc en guise de cadeau.
C'était un moment d'extases et de joie entre cousins sérères et diolas unis pour l'éternité. Cette pirogue symbolise celle qui embarquait les deux sœurs  Aqguène et Diambogne, ancêtres des Sérères et des Diolas. Elles sont venues du nord du Sénégal et ont emprunté l'Océan Atlantique qui les a conduites jusqu'à Sangomar où elles se sont séparées après le chavirement de leur pirogue. Ce qui a fait dire à Bertrand Diamacoune « La pirogue qui s'est coupée  en deux dans les eaux de Sangomar (océan atlantique) s'est ressoudée à Foundiougne ».

Mamadou DIOUF, Les Echos de la Région, Conseil Régional de Fatick, Février 2004.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked