Les Pyramides d’Afrique (Égypte) et d’Amérique précolombienne

logo-02-pm (2)

Serere SeneGambia

Serere SeneGambia

La pyramide de Khoufou: Voici un sujet qui a fait couler beaucoup d’encres et qui continue, khoufouqui a rapporté beaucoup d’argents, des livres, des documentaires de télévision, des films au cinéma ; sans jamais parler de la population qui vit sur les contrées sur lesquelles se trouvent ces constructions. Le sujet traité sur ce document concerne des faits (pas de suppositions ni de théories fumeuses ou révisionnistes) techniques relatifs à la physique, la mathématique, l’architecture, la statique, la géométrique, la connaissance des masses, la géologie (moderne)

Les chiffres (réels) fournis ici, servent à transmettre l’information mais ont aussi comme objectif, celui de susciter l'intérêt, la curiosité intellectuelle

 

pyramide-khoufou-08Cette publication concerne la grande pyramide, attribuée au roi ou pharaon Khoufou :

  • La grande pyramide appelée la pyramide de Khoufou pose quelques sérieux problèmes au stade de nos connaissances en 2016 :
  1. Une hauteur de 42 étages,
  2. Elle a une superficie égale à dix terrains de football,
  3. Elle est composée d’environ 2.500.000 blocs calcaires (vous avez bien lu deux million cinq cent mille)

 

 

parfaitement couverure-facade-05imbriqués. Ce qui rend impossible de glisser entre deux blocs une simple feuille de papier lorsque chaque bloc pèse entre 2,5 et 10 tonnes chacun

  1. Les blocs étaient recouverts de 115.000 plaques de revêtement à partir de calcaire poli. Longtemps après la chute de la civilisation noire, longtemps après la domination des Perses, longtemps après la domination des grecs, longtemps après la domination des romains, lorsque les arabes sont arrivés en Égypte, ce revêtement fut démonté au cours du 14eme siècle pour être utilisé dans la construction de l’actuelle ville du Caire (Image à gauche)le-caire-07

La masse totale de la pyramide de Khoufou permettrait aujourd’hui de construire l’équivalent de 35 Empire State Building aux USA, en ayant encore des millions de tonnes de blocs résiduels

  1.  
  2.  
  1. (Image à droite)

     

    Il est impossible construire un bâtiment empire-state-buildingsemblable (même sur 20 ans) avec les outils rudimentaires de l’époque, et certains archéologues modernes font remarquer que pour construire la Pyramide de Khoufou « sur 20 ans » il aurait fallu poser un de ces blocs toutes les 3mn30s en travaillant 24/24h (ce qui signifie travailler la nuit, et pour ceci il faut de l’éclairage pour la lumière d’un chantier aussi important en architecture) De l’avis de spécialistes en construction, bâtir cette la pyramide en 20 ans reviendrait à poser un bloc qui pèse entre 2,5 et 10 tonnes chacun toutes les 3mn30s ce qui est impossible en 2016 avec nos outils de construction…

  2. Sans la connaissance de la géologie (moderne) aucun bâtiment de cette taille ne capitole1tiendrait debout sans s’écrouler ou s’affaisser sur lui-même sans fondations solides
  3. Les ingénieurs modernes dans le domaine de la construction de bâtiments estiment le taux maximum de tassement pour certains bâtiments à 15 cm par 100 ans, dans le cas du Capitole (USA) – Image à gauche – à 13 cm sur 200 ans, et pour la grande pyramide celle de Khoufou, avec son poids estimé à

 

environ empire-state-building30.000.000 de tonnes, le tassement est inférieur à 1,5 cm, oui vous avez bien lu 1,5 cm/5000 ans

  1. Aucun géologue contemporain n’est en mesure de dire par quel procédé les noirs anciens ont déterminé l’emplacement et préparer le site actuel de la pyramide de Khoufou

 

  1. Aucun scientifique n’est en mesure de dire comment des blocs de cette taille ont été blocs-1découpés, taillés avec perfection, déplacés et assemblés sur une hauteur pareille (entre 137 et 142 m de hauteur)
  2. Des esclaves n’ont jamais été utilisés comme main d’œuvre pour la construction des pyramides. Les esclaves sont analphabètes, n’ont aucune formation même pas dans la maçonnerie de l’époque, ignorent les techniques de construction et d’assemblage ne permettant aucune erreur de positionnement de blocs de cette taille. Le peuple juif n’a pas été forcé comme esclave pour construire la pyramide de Khoufou pour la bonne et simple raison que le judaïsme n’était pas encore apparu sur terre, Moïse n’était même pas encore né. A l’époque de la construction de la pyramide de Khoufou, l’Égypte n’était pas en guerre (il s’agit des premières dynasties), son environnement étranger ne pouvait livrer autant de main d’œuvre. Les dernières robot-galerie-20x20recherches archéologiques trouvent aux alentours de la pyramide ; des sépultures des restes de maison d’habitation destinés aux ouvriers, les restes d’infrastructure pour nourrir les travailleurs, sur les ossements des ouvriers, les chercheurs découvrent que certains ouvriers accidentés ont été soignés pour guérir des fractures de pieds ou de mains, tout un ensemble de données qui contredisent les théories qui affirment que les travailleurs furent des esclaves, cette idée d’esclaves fut entre autres à la base de la diabolisation de pharaon (des pharaons) nommé dans les religions postérieures: Phiraona au Sénégal
  • Sarcophage-pyramide-KhoufouLes pyramides ne sont pas des tombes : Jusqu’à aujourd’hui aucune dépouille royale n’a jamais été découverte dans la grande pyramide (ni dans les autres), juste des coffrets (sarcophages) de quelques tonnes mais vides et dont on ignore la véritable raison « d’être » ni comment ces (Image à gauche) sarcophages sont arrivés et placés dans ce bâtiment
  • Aucun chercheur sérieux n’est en mesure de dire à quoi servaient les « sarcophages) découverts dans les pyramides. Il y a certes un complexe (cimetière) funéraire à Gizeh mais encore une fois, élever un monument à 137m de haut (lire plus haut) pour y enterrer une momie (Royale ou non) serait une ineptie au temps des Pharaons. Un spécialiste du forage expliquait d’après son expérience professionnelle: « …pour forer le granite de ce sarcophage, il faut des outils très avancés, ni burin, ni marteau. Et pour avoir une surface interne aussi lisse, il aurait fallu procéder avec une vitesse de forage très élevée, j’en suis incapable… »
  • Aucune preuve formelle de la date même approximative de la construction de la pyramide de Khoufou
  • galeries-internesLes moyens scientifiques les plus modernes sont déployés par des techniciens occidentaux dotés de matériel électronique pour découvrir par exemple des galeries pour savoir ce qui se trouve derrière des tunnels bloqués de 20 cm X 20 cm. Aujourd'hui ils sont à la recherche de de chambres inconnues
  • Aucun scientifique n’est en mesure de donner une explication recevable sur le pourquoi et comment de la présence des couloirs et dalles de granites rose de 70 tonnes placées au plafond de ce qui est appelé « la chambre du Roi »galerie-20x20-b
  • Les ingénieurs modernes en construction disent qu’élever aujourd’hui un bâtiment à ce niveau avec moins de 15 cm d’écart de chaque côté, relèverait de l’exploit technique, et que dans le cas de pyramide de Khoufou, la marge d’erreur est de 1,5 cm, et qu’il serait même impossible de parvenir à un tel résultat avec les moyens techniques contemporains.
  • Impossible de construire un bâtiment semblable avec les outils rudimentaires de ingenieurs-07l’époque (Pas de poulie, aucun type connu d’appareil de levage, ni de roue, ils connaissaient bien l’équerre (instrument retrouvé en Égypte)
  • Il était impossible de déplacer ces blocs sur des traineaux ou tapis de troncs d’arbres. Il faudrait des traineaux gigantesques tractés par des centaines de milliers de personnes, quant au tronc d’arbres, le poids de chaque bloc l’aurait réduit en pulpe très rapidement
  • Aucun reste de tapis roulant, de rampe interne ou externe ou de super béton n’a été retrouvé ni en Égypte ni en Amérique (précolombienne)
  • diametre-terre-1La pyramide de Khoufou démontre la connaissance très avancée des noirs de cette époque sur de sujets tels l’astronomie ; la durée du jour, la durée du mois, l’année et la précession des équinoxes. Ils savaient que la terre a une forme sphérique, ils pouvaient calculer avec précision la latitude et la longitude. Les architectes de la grande pyramide ont fait appel à des notions très poussées en mathématique qui dans certains cas ne sont
  • découvertes que des milliers d’années plus tard.

 

  • Les calculs mathématiorientation-d25ques des pyramides et les observations astronomiques liées à l’emplacement des pyramides correspondent avec une exactitude déconcertante aux relations de masse des trois étoiles du système Alpha du Centaure. L’alignement des trois pyramides sur le plateau de Gizeh correspond à l’alignement de ces trois étoiles du système Alpha du Centaure à l’époque de la construction des trois pyramides. L’orientation géographique de la orientation-d26grande pyramide à Gizeh est l’une de ses plus remarquables caractéristiques. Ses arrêts sont alignés sur les axes géographiques Nord-Sud et Est-Oust. La déviation est de moins de 3mn d’arc par rapport au Nord géographique réel. Voici l'orientation des quatre angles de la base :
    nord-est 90° 3' 2" ;
    nord-ouest 89° 59' 58" ;
    sud-est 89° 56' 27" ;
    sud-ouest 90° 0' 33".

L'erreur moyenne sur les angles droits de la base est de 0° 3´ 6". Concernant l’orientation de la pyramide, les chercheurs ont trouvé une erreur moyenne suivant les quatre points cardinaux de 0° 3´ 6". A noter que la base de la pyramide a été nivelée avec une erreur de quelques centimètres. Toujours sur le plan de l’orientation, la base de la base est horizontale à 21 mm près pour un monument qui date de quelques 5000 avant le temps présent

  • D’un point de vue géographique la granpyr-terrede pyramide est située sur le seul point d’intersection au monde entre longitude et latitude séparant les zones terrestres des océans. La base de la structure est un carré parfait, la longueur de chaque arrête de la pyramide de Khoufou est un multiple de 356,25 soit le nombre exacte de jours dans une année et ceci est vérifiable.
  • Architecture antisismique: Des tremblements de terre sont attestés dans l’histoire de l’Égypte

 

  • récente et même ancienne, tutsi(Image à gauche: Ramsramsesès) dont celui de 1992 classifié à 5,9 sur l'échelle de Richter, tous ces tremblements de terre n’ont (Image à droite: Un Tusti actuel avec la même coiffure) semble-t-il pas causé de dégâts sur un bâtiment qui date de plus de 5000 ans (chronologie courte) alors que de nombreuses régions comme le Caire subissaient des secousses destructrices dans les maisons et immeubles qui s’effondraient. Un géologue arabe nommé Ruchdi Saïd (1920 – 2013) disait que : « L'Égypte n'a pas connu, tout au long de son histoire, de tremblement de terre d'une magnitude supérieure à 6,2 sur l'échelle de Richter. Ruchdi Saïd disait que le tremblement de terre de 1847 avait un épicentre coïncidant avec le séisme d’octobre 1992… » Il semble que la Basse-Égypte aie subi sur une période donnée, de nombreux tremblements de terre : 2800 av. J.-C-, 859 et 865, en 1303, le phare d'Alexandrie – construction tardive ne connaissant pas l’architecture antisismique – ; trois autres soldierstremblements de terre en 1856, 1926 et 1955. Pour la Haute-Égypte un tremblement de terre  de 27 av. J.-C détruisit l'effondrement partiel de (Image à droite: Des soldats égyptiens) temples à Louxor et Karnak, en 1801 eut lieu un autre tremblement de terre, 1210 av. J.-C la Nubie a connu un tremblement de terre à Abu Simbel … Aucun de ses séismes n’a ébranlé la pyramide de Khoufou : Il s’agit de faits archéologiques qui démontrent que les hauts prêtres de l’époque de Khoufou, connaissaient et appliquaient les lois antisismiques fondamentales en architecture.
  • Les récentes découvertes archéologiques et géologiques datent Le Sphinx (sujet sur lequel nous reviendrons dans une prochaine publication)

sphinx-01

d’au moins 10.000 ans. Il existe à ce sujet une réelle controverse : Si l’histoire de la civilisation « égyptienne » date d’environ au moins 3500 à 4000 ou 4500 ans avant le temps présent, comment le Sphinx pourrait-il dater d'au moins 10.000. Controverse soulevée depuis longtemps déjà au sujet de la chronologie courte (qui cherche à dater ou placer l’Égypte dite ancienne à la même époque ou période que la civilisation de la Mésopotamie et ses environs immédiats. Des amis noirs de la diaspora ont exposé des images lors de conférences, des premiers habitants de la Mésopotamie : Des noirs. De nombreuses autres pyramides existaient en Égypte bien avant celle de Khoufou mais avant de construire la pyramide de Gizeh, les ancêtres de Khoufou possédaient des connaissances relatives au moins à la mathématique. Nous savons depuis quelques années

Ishango_bone

que les plus anciennes traces de mathématique sont découvertes non pas en Asie ou en Europe, mais en Afrique noire, dans ce qui est aujourd’hui le Congo RDC en 1950 au bord du lac Edouard à Ishango et datés d’au moins 20.000 à 25.000 ans avant le début du temps présent. Ces ossements (2) découverts par un géologue belge nommé Jean de Heinzelin de Beaucourt, sont conservés à l'Institut royal des sciences naturelles en Belgique. La datation au carbone 14 est difficile à effectuer à cause de la minéralisation des ossements, par contre l’analyse des strates géologiques de leur milieu direct (harpons, coquillages) a rendu possible leur datation à environ – 20.000 ans. Un autre problème est que cette période de moins 20.000 ans est décrite comme la période paléolithique supérieure désignée en Afrique comme étant celle de l’âge de pierre tardif, avec une population formée de pêcheurs… Des pêcheurs qui faisaient de l’arithmétique 15.000 ans bien avant la Mésopotamie.

  • Un petit rappel historique est ici requis sur l’origine du groupe dit égyptien : « Ils disent que les dieux ont récompensé leur piété par des avantages considérables comme de n’avoir jamais été soumis sous la domination d’un prince étranger… Les éthiopiens disent que les égyptiens sont une de leurs colonies qui fut menées en Égypte par Osiris. Ils prétendent que ce pays n’était au commencement du monde qu’une mer, mais que le Nil entraînant dans ses crues beaucoup de limon d’Éthiopie, l’avait enfin comblée et en avait fait une partie du continent… Ils ajoutent que les égyptiens tiennent d’eux comme de leurs auteurs et de leurs ancêtres, la plus grande partie de leurs lois ; c’est d’eux qu’ils ont appris à honorer les rois comme des dieux, et à ensevelir leurs morts avec tant de pompes ; la sculpture et l’écriture ont pris naissance chez les Éthiopiens…  Les Éthiopiens allèguent encore d’autres preuves de leur ancienneté sur les égyptiens : mais il est inutile de les rappeler ici… » (Cherubini, Histoire Universelle, Livre III, pages 337, 341, traduction Abbé Terasson, 1758) cité par C.A. Diop : in Nations Nègres et Culture (Tome 1) 1979
  • Les attestations d’Hérodote qui se rendit en Égypte en l’an 440 avant JC à une époque durant laquelle l’Égypte était avait déjà perdu son indépendance et était plusieurs fois millénaire, les attestations de nombreux historiens jusqu’à celles de Lepsius devraient ouvrir une autre page de l’historiographie de notre monde actuel en lieu et place de créer un mystère des pyramides d’Égypte ! Veuillez noter aussi les témoignages de Jamblique sur les professeurs de ceux qui sont devenus des « savants » de la Grèce antique dont Pythagore de Samos qui resta presque 22 ans dans les temples comme étudiant, ce n’était pas le seul « savant » qui lors de l’occupation de l’Égypte par la Grèce, profitera de la domination de l’armée grecque qui le glaive sur la tête des prêtres égyptiens obligera ces derniers à leur révéler les secrets les mieux gardés des temples. La Grèce n’est entrée dans l’histoire de l’humanité qu’a son contact avec l’Égypte noire. Thales de Millet aurait découvert le fumeux théorème qui porte son nom en faisant le rapport de la pente de l’ombre portée de la pyramide… C’est en Égypte que se trouvait le centre de rayonnement intellectuel de la Grèce, et non à Alexandrie ou en Mésopotamie. A ce titre, Neiloksenos et Enuphis seront les Professeurs des grecs qui, de retour dans leur pays d’origine seront des savants, il s’agit de Thalès de Milet et de Pythagore de Samos.Lors qu’Alexandre le grand fut en guerre avec le Roi Darius III, une éclipse solaire sema la panique dans les rangs de l’armée grecque. La bataille de Gaugamèles, apposant l’armée perse et grecque se serait déroulée vers le 1er octobre 331 avant le début du temps présent dans la plaine de Gaugamèles (situé dans le Nord de l'Irak actuel) Les soldats grecs étaient pris de panique car superstitieux, ils pensaient que ce phénomène naturel annonçait un mauvais présage de leur défaite, ils commencèrent à douter. Devant ce fait, Alexandre analysa la situation et fit appel aux connaissances d’un haut prêtre noir (et non un grec) qui expliquât avec calme ce phénomène astronomique. Il les rassura de ses connaissances, et la réputation de la science des prêtres noirs de cette époque tardive faisait le reste. Les soldats grecques, reprirent courage et recommencèrent le combat. Les soldats grecs ne pouvaient accepter les explications d’un grec, car la Grèce n’avait pas encore de réputation technique.Jamblique, le biographe de Pythagore recommandait aux personnes intéressées, de se rendre en Égypte pour y apprendre auprès des prêtres égyptiens.Il s’agit de faits historiques

khoufou

  • Contrairement aux inepties racontées sur le pharaon Khoufou, ce dernier n’était ni mégalomane (il faudrait en apporter les preuves), sans scrupules, autoritaire ou dictateur (il faudrait en apporter les preuves), Khoufou pratiquait la Mâat.

 

 

 

  • telescope-01De nombreuses spéculations existent sur l’Égypte, jusqu’à dire que la grande pyramide sert d’antenne de relais à une civilisation extraterrestre qui aurait visité l’Afrique noire et qui aurait expliqué à des hommes (pas des noirs) comment construire des pyramides. Il fut une époque je lisais dans des livres que tout ce qui existe en Afrique comme constructions ou connaissances était passé par le Bâb El Mandeb : en fait les noirs ne sont responsables d’aucune civilisation. Pourquoi certains esprits disent que les pyramides sont construites par une civilisation extraterrestre?  Aujourd’hui, cette négation se déroule sur le plan de l’égyptologie là ou des théories les unes plus farfelues que les autres parlent de vaisseaux spatiaux … Cette approche d’extraterrestres est dangereuse car non fondée sur la recherche scientifique. D’autres théories affirment que la pyramide de Gizeh est une capsule temporelle destinée à être comprise ou activée par une civilisation humaine technologiquement plus avancée que celle d’aujourd’hui.

Quand on ne sait pas, il serait plus sage ou honnête de dire que l’on ne sait pas et que l’on ne parle pas la langue la plus parente avec celle des égyptiens anciens. Mais comme l’égyptologie est devenue du "business", bonjour les révisionnistes qui disent aux africains qu’ils n’ont pas d’histoire, qu’ils ne sont pas suffisamment entrés dans l’histoire. Il serait utile de dire qui sont ces noirs qui figurent les peintures de la tombe de Ramsès III (1200 avant le début du temps présent), peintures révélées par l’égyptologue allemand Lepsius.

lepsius

La reproduction ci-dessus montre que les égyptiens connaissaient bien leur origine.

Quelques noms de Pharaons ou dignitaires Sérères Sene dans l’Égypte ancienne: Les familles Sen (Sene) Perib Sene, Osorta Sene, Ânkh Sene Amon (Ânkhesenamon), Taharka

Le Pharaon Khoufou

Sene du Soudan, Sene Pou – Sene Ouséret – Sene nédjem ou Sene Mout – Séne Djemibrê – Sene Néfer – Sene Bi – Reni Sene-b ou Renséneb – Périb Sene – Séne dj…

Image à gauche: le Pharaon Khoufou avait une épouse Sérère!

Le pharaon Khoufou – Que Khnoum me protège –   (plus connu sous le nom grec de Khéops -2551/2549 à 2528/2526 avant le temps présent) avait parmi ses  épouses, une Reine nommée Hénout Sene. (IVe dynastie) Veuillez noter que Khéops khephrenn’a jamais existé, son nom africain est Khoufou. Khéops est l’appellation des occupants grecs.

Image à droite: Le pharaon Khephren: Sa mère Hénout Sene portait un nom de famille Sérère!

La seconde épouse du pharaon Khephren (à droite), sur le tableau ci-dessous, est nommée MérésAnkh III, et parmi ses enfants figurait Niu Sérère, le pharaon qui donna son nom aux Sérères de la SénéGambie !

Jusqu’à la preuve géographique du contraire, les pyramides se trouvent en Afrique noire et en Amérique précolombienne.

olmeque3

A une époque antérieure à l’établissement des Indiens, les Olmèques (population noire) s’y trouvaient, avant ces derniers, l’antériorité d’une autre population n’est attestée. Les indiens disent avoir trouvé les anciennes pyramides sur place … Différentes sculptures gigantesques de têtes olmèques sont disponibles même dans les musées. Nous préparons un diaporama sur le sujet.olmeque-467-

TeteOlmeque

La suite sur les Olmèques: Un jouet pour enfant, à première vue cette image peut sembler anodine mais à y regarder de près, on se rend compte que le jouet repose sur des roues ! Ce qui signifie tout simplement que les noirs dans l’Amérique précolombienne connaissent la roue et son usage.

olm_roue

 

olmeque4Nous devons faire attention aux reconstructionsolmeque-06 dans les films documentaires pour la télévision, et aux films de cinémas. Ils causent plus de tort au grand public et aux personnes qui souhaitent avoir des explications scientifiques sur l’histoire de l’humanité.

 

 

 

 

 

 

Les sculptures Olmèques possèdent les caractéristiques physiques suivantes :

  • Un front avancé (prognathisme)
  • Des lèvres épaisses (charnues)
  • Un nez épais (plat)
  • Des yeux « globuleux »

Toutes ces caractéristiques rencontrées sur des sculptures colossales sont celles attribuées en 2016 au groupe noir. Un de ces « Olmèques » dans une rue d’un pays du nord ou en Asie DOIT avoir une pièce d’identité car considéré comme appartenir au groupe noir. Pourquoi ne pas les appeler noirs dans l’Amérique précolombienne malgré toutes les preuves archéologiques ? Ce serait tout simplement ouvrir une autre boite de pandore sur l’historiographie du monde noir.

Ivan Gladstone Van Sertima (26 Janvier 1935 – 25 Mai 2009) a écrit un ouvrage sur le même sujet : They Came Before Columbus  « Ils y étaient avant Christophe Colomb) en 1976. Il a été boycotté durant sa vie, attaqué de tous les côtés par des pseudos-intellectuels révisionnistes de l’histoire du monde noir ou de l’humanité toute entière. N’oubliez pas ce point : Tous ceux qui soutiennent un point de vue contraire à l’idéologie dominante (le rouleau compresseur de la pensée unique) sont méprisés, ignorés et boycottés économiquement et intellectuellement par une cohorte de collaborateurs intellectuels.

Lisez l’histoire du véritable inventeur du téléphone : Antonio Meucci et vous aurez une idée de ce que cet immigré italien en Amérique a vécu, a enduré de son vivant lorsque certains continuent d’enseigner dans les manuels d’histoire que Graham Bell est l’inventeur du téléphone ; une pure escroquerie économique cachée derrière une fausse argumentation technique. Des sculptures sur pierres existent en Amérique montrant des figures d’espagnols ou de nordiques capturés ou sur le point d’être exécutés par les indiens, personne ne doute de l’origine de ces envahisseurs en conflit guerrier avec la population locale, personne. Mais lorsqu’il s’agit d’images de noirs de l’antiquité, l’analyse « cartésienne ou rationnelle » disparait pour laisser place à une dialectique révisionniste.

Quelle que soit la couleur de votre peau, votre origine, lorsque vous lisez ce texte, pour moi il ne s’agit point de différenciation raciale : Jusqu’à ce jour il n’existe point dix races ou plus, mais une seule race humaine. Dans un village indo-européen tous les habitants ne sont pas des copier-coller encore moins dans un village du Sénégal.

S’adressant aux noirs contemporains, le chercheur du Sénégal disait : «Le retour à l’Égypte dans tous les domaines est la condition nécessaire pour réconcilier les civilisations africaines avec l’histoire, pour pouvoir bâtir un corps de sciences humaines modernes, pour rénover la culture africaine. Loin d’être une délectation sur le passé, un regard vers l’Égypte antique est la meilleure façon de concevoir et bâtir notre futur culturel. L’Égypte jouera, dans la culture africaine repensée et rénovée, le même rôle que les antiquités gréco-latines dans la culture occidentale » Cheikh Anta Diop : in Civilisation ou Barbarie. Édition Présence Africaine, 1981, 25 bis, rue des Écoles, 75005 Paris – France.

Pour plus d'information concernant les rois Sérères et leur famille, veuillez lire cette publication. Ce lien va ouvrir une nouvelle page sur ce site.

Lire Le Colloque s’est déroulé en deux temps : la première partie du 28 au 31 janvier 1974 a été consacrée au “Peuplement de l’Égypte ancienne”; la seconde partie a porté sur le “déchiffrement de l’écriture méroïtique”; elle a eu lieu du 1er au 3 février 1974. Ce document est publié sur ce site. Ce lien vous conduit sur la page.

Pour la restauration de la conscience historique du monde noir.

Mbagnick Diouf

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked