UNESCO: Le peuplement de l’Égypte ancienne et le déchiffrement de l’écriture méroïtique

logo-02-pm (2)

Actes du colloque tenu au Caire du 28 janvier au 3 février 1974

Avant-propos:
Élaboration d’une «Histoire générale de l’Afrique»
En 1964, la Conférence générale de l’Unesco, dans le cadre des efforts déployés par l’Organisation pour favoriser la compréhension mutuelle des peuples et des nations, a autorisé le Directeur général à prendre les mesures nécessaires en vue de l’élaboration et de la publication d’une Histoire générale de l’Afrique.
Il a semblé que cette réalisation ferait progresser sensiblement la connaissance de l’histoire de l’humanité. En particulier, on a jugé qu’il était urgent d’étudier le passé de l’Afrique à une époque où les institutions traditionnelles de ce continent et leurs formes d’expression étaient menacées par une évolution économique, sociale et culturelle qui, dans une large mesure, ne répondait à aucun plan et n’était pas dirigée. On a également pensé que l’exécution de ce projet pourrait assurer une certaine continuité culturelle parmi les nations et les peuples qui ont récemment acquis leur indépendance, en leur permettant de prendre une plus claire conscience de leur identité dans le passé et le présent.
Enfin, cette entreprise, si elle se réalisait sous les auspices de l’Unesco, fournirait l’occasion de rassembler des érudits de diverses nationalités ayant des préoccupations communes, et aboutirait à la publication d’ouvrages d’un intérêt immédiat pour le public, non seulement en Afrique, mais aussi dans les autres pays. Cela était important à un moment où le développement de l’éducation suscite une demande croissante, tant dans l’enseignement que parmi le grand public, d’ouvrages historiques et culturels.
La première phase de l’exécution du projet (1965-1970) a consisté essentiellement
en des travaux faits en Afrique et visant à rassembler des éléments de documentation, écrits et oraux.
En même temps, des consultations scientifiques internationales ont été organisées pour l’étude des méthodes à utiliser. Elles ont abouti à un certain nombre de recommandations formulées au cours de réunions d’experts tenues à Paris (1969) et Addis-Abeba (1970), qui ont marqué le lancement de la deuxième phase du projet, c’est-à-dire la préparation et la rédaction de l’Histoire générale de l’Afrique, en huit volumes, sous l’unique responsabilité intellectuelle et scientifique d’un organisme savant, le Comité scientifique international pour la rédaction d’une Histoire générale de l’Afrique.
Aux termes des statuts adoptés par le Conseil exécutif de l’Unesco en 1971, ce comité se compose de 39 membres (dont deux tiers d’Africains et un tiers de non-Africains) siégeant à titre personnel et nommés par le Directeur général de l’Unesco pour la durée du mandat  du comité. La liste de ces membres est jointe au présent document. Le comité, à sa première session, a défini c o m m e suit les principales caractéristiques de l’ouvrage:
Tout en visant à la plus haute qualité scientifique possible, l’Histoire ne cherchera pas à être exhaustive et sera un ouvrage de synthèse qui évitera le dogmatisme. A maints égards, elle constituera un exposé des problèmes indiquant l’état actuel des connaissances et les grands courants de la recherche, et n’hésitera pas à signaler, le cas échéant, les divergences de doctrine et d’opinion. Elle préparera en cela la voie a des ouvrages
ultérieurs.
L’Afrique sera considérée comme un tout. Le but sera de montrer les relations
historiques entre les différents parties du continent, trop souvent subdivisé dans les ouvrages publiés jusqu’ici. Les liens historiques de l’Afrique avec les autres continents devront recevoir l’attention qu’ils méritent et être analysés sous l’angle des échanges mutuels et des influences multilatérales, de manière à faire apparaître sous un jour approprié la contribution de l’Afrique au développement de l’humanité.
L’Histoire générale de l’Afrique sera, avant tout, une histoire des idées et des civilisations, des sociétés et des institutions. Elle fera connaître les valeurs de la tradition orale autant que les multiples formes de l’art africain.
L’Histoire sera envisagée essentiellement de l’intérieur. Ouvrage savant, elle sera aussi, dans une large mesure, le reflet fidèle de la façon dont les auteurs africains voient leur propre civilisation. Bien qu’élaborée dans un cadre international et faisant appel à toutes les données actuelles de la science, l’Histoire sera aussi un élément capital pour la reconnaissance du patrimoine culturel africain et mettra en évidence les facteurs qui
contribuent à l’unité du continent. Cette volonté de voir les choses de l’intérieur  constituerait la nouveauté de l’ouvrage et pourrait, en plus de ses qualités scientifiques, lui conférer une grande valeur d’actualité.
En montrant le vrai visage de l’Afrique, l’Histoire pourrait, à une époque dominée par les rivalités économiques et techniques, proposer une conception particulière des valeurs humaines.
Le comité a décidé de présenter l’ouvrage en huit volumes, comprenant chacun environ 750 pages, ainsi que des illustrations, des photographies, des cartes et des dessins au trait. Les huit volumes traiteront des sujets suivants :

Volume I : Introduction et préhistoire africaine
(directeur de volume : Professeur J. Ki-Zerbo)
Volume II; Afrique ancienne
(directeur de volume : D r G . Mokhtar)
Volume III : L’Afrique du vne au xie siècle
(directeur de volume: S.E. M . M . El Fasi)
Volume IV : L’Afrique du xne au xvie siècle
(directeur de volume : Professeur D . T . Niane)
Volume V : L’Afrique du xvie au x v m e siècle
(directeur de volume: Professeur B. A . Ogot)
Volume VI: Le xixe siècle jusque vers les années 1880
(directeur de volume: Professeur J. F. A . Ajayi)
Volume VII: L’Afrique sous domination étrangère, 1880-1935
(directeur de volume: Professeur A . A . Boahen)
Volume VIII: L’Afrique depuis la guerre d’Ethiopie, 1935-1975
(directeur de volume : Professeur A . Mazrui)

Commencée en 1972, la rédaction des volumes se poursuit. En outre, des colloques et des rencontres scientifiques, consacrés à des sujets connexes, sont organisés au titre des travaux préparatoires.
Les communications présentées et les échanges de vues qui ont eu lieu sur toute une série de sujets lors de ces réunions constituent les éléments d’une documentation historique de grande valeur à laquelle l’Unesco se propose d’assurer la plus large diffusion possible en la publiant dans le cadre d’une collection intitulée «Histoire générale de l’Afrique. Études et documents».
Le présent ouvrage, qui inaugure cette collection, contient les communications présentées lors du Colloque sur le peuplement de l’Egypte ancienne et le déchiffrement de l’écriture méroïtique organisé par l’Unesco et qui s’est tenu au Caire du 28 janvier au 3 février 1974. O n y trouvera également le compte rendu des discussions auxquelles elles ont donné lieu.

===========================================@ Pour lire la suite, voir ci-dessous:

Vous pouvez télécharger gratuitement le document relatif au peuplement de l’Égypte ancienne et le déchiffrement de l’écriture méroïtique sur ce lien à partir du site de l’UNESCO

Publié par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture,
7, place de Fontenoy, 75700 Paris
Première édition, 1978, Imprimé par Nici, Gand (Belgique)
Réimpression, 1986 – Par l’Imprimerie des Presses Universitaires de France, Vendôme
ISBN 92-3-201605-2 / Éd. anglaise : ISBN 92-3-101603-9
© Unesco 1978, 1986

==============================@

Bonne lecture,

Mbagnick Diouf

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked