Falsification du livre Reine d’Afrique

Reine-d’Afrique-et-héroïne-de-la-diaspora-noire

Présentation de l’éditeur: Aucune héroïne noire reconnue par l’histoire universelle. Sur ce constat, Sylvia Serbin s’est intéressée aux figures féminines ayant marqué l’histoire de l’Afrique et de sa diaspora, de l’Antiquité au début du XXe siècle. La reine Pokou (Côte d’Ivoire), la mulâtresse Solitude (Guadeloupe), Ranavalona III (Madagascar), Madame Tinubu (Nigeria), les Amazones du Dahomey, Harriet Tubman (États-Unis), la Vénus hottentote (Afrique du Sud) : au total vingt-deux portraits de femmes d’influence, résistantes, prophétesses, guerrières, victimes ou mères de héros, pour la plupart inconnues du grand public. Jamais un tel ouvrage n’avait encore été écrit et c’est avec un réel talent de conteuse que l’auteur a construit, à partir de sources écrites et orales ayant nécessité plusieurs années de recherches, une fresque historique dont la lecture suscite admiration, tristesse, horreur et respect pour ces tempéraments d’exception. Un livre utile et passionnant qui nous dévoile aussi des facettes inexplorées de certaines sociétés de l’Afrique précoloniale, souvent présentées comme inertes et figées alors qu’elles ont connu une incontestable vitalité.

Biographie de l’auteur

Journaliste et historienne de formation, Sylvia Serbin est spécialiste en communication d’entreprise. D’origine antillaise, elle s’est partagée entre l’Afrique, où elle est née, et Paris, où se sont déroulées ses études et une partie de sa carrière professionnelle. Auteur de séries historiques pour la radio et la presse écrite, elle a également rédigé une contribution pour l’Histoire générale de l’Afrique de l’Unesco.

Excellent ouvrage, à part cette sordide histoire liée à la traduction en allemand : regardez la vidéo postée sur Youtube, elle raconte ce qui est advenu de son livre traduit… Lorsque la falsification historique ne suffit plus, cette guerre silencieuse et cynique menée contre tout un continent continue… La presse a choisi de boycotter les revendications de l’écrivain, “la justice…”

Bonne lecture.

Information transmise par l’Asbl SeneBel.

Souvenons-nous de la chanson du groupe de reggae Third World : Babylon make the rules !

Ndiemé Diop Pour Radio Goree Network / Les Griots du Web 2011.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked