Le poulet russe débarque à Fatick

logo-02-pm (2)

Le poulet Russe débarque à Fatick !

Disparition des petits et moyens éleveurs

Cette usine préfigure la disparition programmée de tous les petits et moyens éleveurs dans toute la Région de Fatick. Leurs prix de vente sur les marchés de viande de bouche ou poulets sur pied risquent de plonger les petits éleveurs dans la crise économique. Ces poulets industriel sont le résultat d'une sélection génétique pour une croissance rapide de la chaire, même si le reste des organes n'a pas le temps de se développer.

Maladie des poulets élevés en batterie

Dernier cas la grippe aviaire au Pays Bas, risque réel de propagation, risque de passage des maladies à l’homme peut se reproduire dans notre pays avec cette usine. Ces maladies existent pour tout type de production industrielle:

Ci-dessous un reportage de la chaine de télévision ARTE: Germes tueurs : le fléau de l'élevage intensif du porc – Arte

https://youtu.be/rGIAETOF8xg
Ces derniers mois au moins, une épidémie ravage des élevages industriels de poulets au Pays-Bas (Union Européenne) Souvenez-vous des mêmes maladies en Chine : des milliers de poulets furent abattus et incinérés pour éviter la propagation du virus de la grippe aviaire dans les autres élevages et un passage à l’homme. Les poussins élevés en batterie sont bourrés d’antibiotiques pendant 45 jours. Ces antibiotiques sont consommés par l’homme, ce qui le fragilise aux antibiotiques en cas de maladie. Comme dirait l’autre : « Vous crevez de faim, ne faites pas la fine bouche »

La folie de la mondialisation

L’Afrique n'a jamais rencontré des situations de grippes aviaires dans son histoire. Toutes les maladies d’élevages sont dues à la surexploitation du monde animal. Les animaux, pour le cas qui nous concerne sont nourris avec de l’alimentation fabriquée non pas au Sénégal, mais importées, contenant des résidus de porcs (pour des musulmans !) de viande de poulets morts, de chevaux morts, brefs de cadavres d’animaux recyclés. C’est une réalité économique et alimentaire. Le poulet industriel est toxique pour la santé.

Retombées pour le Sénégal, pour Fatick en terme d’emplois crées ?

L'élevage intensif des poulets

Comme vous devez le savoir un élevage au niveau industriel risque de ne pas créer des emplois à Fatick comme prévu. Des machines peuvent faire le travail de milliers d’employés. Nous souhaitons savoir le nombre d’emplois réels à temps plein prévus pour cette usine.

Afrique, nouvelle frontière économique. Nous savons que dans ces pays cités ci-dessus un ralentissement de l’économie frise les 0% lorsque poussins1le taux de progression économique est de 5% au minimum en Afrique noire. Ils ne viennent pas investir en Afrique noire pour nous aider ou parce qu’ils nous aiment, ou un transfert de technologie dans des secteurs stratégiques de pointe mais parce qu’ils ont du profit à réaliser dans ce nouvel Eldorado qui a trop longtemps été délaissé, du profit et rien d’autre sans retombées technologiques pour les populations locales.

Chaque quartier possède un à deux élevages de poulets destinés à la vente par maison, en plus des deux à cinq poulets traditionnels par maison.

 

 

 

poussins2

A Fatick les petits élevages permettent d’arrondir les fins de mois, et constituent un réel apport de protéines. Un élevage industriel représente une réelle menace économique pour les populations.

    Risque de disparition du poulet local

poulet1

Image à gauche: Le poulet à gauche est un poulet d'élevage nourri aux antibiotiques pendant 45 jours. 

 

Ce type de poulet issu de sélection pour sa taille et rapidité de croissance est incapable de courir et pire de marcher, cette sélection à croissance rapide fait que le poulet a des sécrétions non consistantes toute la journée (diarrhées), sujet à une taille plus grande qu'en temps normal en 45/50 jours qui n'est pas supportée par les os et muscles, nombreuses maladies, sa chaire n'a aucune consistance est de couleur plus claire que le poulet traditionnel à droite sur la photo prise à Fatick même. Comme vous devez le savoir, toute production industrielle, avec des « produits à bas cout » annonce le risque réel (non imaginaire) d’une disparition programmée sur le très court terme du poulet local, nommé poulet bicyclette. Ce sera une catastrophe économique pour toute la population du Sine et du Sénégal. Depuis longtemps, l’importation industrielle de poulets congelés, nourris avec des produits inconnus au Sénégal et en Afrique a posé d’importantes pertes bernard-njonga-DSC02432économiques à la population sénégalaise. Ce manque à gagner est identique dans de nombreux pays d’Afrique noire. J’ai assisté à une conférence organisée par une GIE à Bruxelles, un ingénieur, Bernard JNonga (Cameroun) y était invité , ce dernier relatait la situation économique catastrophique des éleveurs de poulets locaux face aux containers de poulets congelés importés dans son pays.bernard-njonga-DSC03325

Le Sénégal (Fatick) n’est pas une terre d’investissement technologique mais dans le cas qui nous concerne une place pour une entreprise étrangère sans aucune retombée technologique. Les aviculteurs locaux doivent avoir l’opportunité de créer une industrie d’élevage avec des produits saints, bio pour le bénéfice du peuple.

Image ci-dessous: A Fatick, du poulet naturel élevé dans les maisons (Poulet bicyclette) . Ces coqs sont capables de sauter sur des murs de plus de deux mètres de hauteur, de maison en maison, sont combattifs, ont une chaire rouge. Pour les attraper les enfants doivent leur courir après. Ils mangent tout, sont biologiquement résistants et n'apportent aucune maladie à l'humain.

poulet-naturel-0

Il ne s’agit pas uniquement des russes, loin de nous l'idée d'une quelconque stigmatisation de ce peuple. Nourrir les populations oui, bien nourrir les populations avec des produits saints, biologiques devrait être une priorité économique, sociale et politique. Les poulets issus de l’élevage intensif ne sont pas indiqués en termes de santé publique.

Pour balancer notre propos, voici une histoire Africaine, l' Aviculture, un secteur en pleine croissance au Sénégal. Ce petit producteur du Sénégal peut-il être concurrentiel face à une production industrielle des images ci-dessus?

Mbagnick Diouf

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked